Archive for avril, 2014

 

Déclin des abeilles : les mots qui fâchent

Lire l'article  | Commentaires fermés

C’est une étude fascinante qu’a rendue publique, le 7 avril, la Commission européenne. Conçue par Bruxelles et conduite par un laboratoire de l’Agence nationale de sécurité sanitaire française (Anses), cette enquête a essentiellement consisté à mesurer la mortalité des abeilles domestiques (Apis mellifera) dans 17 pays européens.

Pourquoi ? Simplement parce que le protocole choisi visait à restreindre la recherche des causes des mortalités observées aux uniques pathogènes naturels : seules les grandes maladies d’Apis mellifera ont été recherchées dans les ruchers visités.

Nous ne saurons donc pas quels résidus de pesticides se trouvaient dans les colonies les plus touchées. Et ce, alors même que des travaux académiques toujours plus nombreux montrent les effets délétères des nouvelles générations de pesticides et des mélanges de substances actives sur la survie des abeilles et des pollinisateurs.

« [...] »

UNE PUDEUR SÉMANTIQUE DE CIGARETTIER

« Des analyses ultérieures exploreront les liens statistiques entre la mortalité des colonies et des facteurs de risques incluant la prévalence de maladies, l’utilisation de traitements vétérinaires, le contexte apicole et d’autres paramètres », écrivent les auteurs, rassemblant sous l’énigmatique « autres paramètres », tout ce qui a trait à l’agrochimie et au modèle agricole dominant.

Cette pudeur sémantique rappelle celle des vieilles études financées par les cigarettiers américains, qui attribuaient d’abord le cancer du poumon à la pollution atmosphérique, au radon, aux prédispositions génétiques et, éventuellement, au… « mode de vie » – c’est-à-dire à la cigarette.

Que la science se pratique dans un contexte où il n’est pas possible d’énoncer un fait aussi trivial que le caractère nocif des insecticides pour les insectes devrait nous porter à une profonde inquiétude. Pas forcément pour les abeilles mais, surtout, pour ce que cela dit de notre société.

LE MONDE | 13.04.2014 à 16h46

Lire l’article complet

Abeilles : elles aident les médecins à faire des miracles

Lire l'article  | Commentaires fermés

Du venin d’abeille pour combattre la sclérose en plaques, du pollen pour la digestion, du miel comme cicatrisant : la Roumanie cultive l’apithérapie, une médecine alternative dont les racines remontent à l’Antiquité et qui consiste à se servir des produits de la ruche pour se soigner.

« [...]Bucarest abrite depuis 1984 un centre médical d’apithérapie, le premier ouvert dans le monde. Doïna Postolachi, 34 ans, y vient deux fois par semaine pour recevoir des injections de venin d’abeille (apitoxine), qui lui ont « redonné espoir » dans sa lutte contre la sclérose en plaques.

« Il y a un an, je ne pouvais plus marcher ni entrer dans ma baignoire. Mes pieds étaient cloués au sol mais aujourd’hui le traitement au venin m’a redonné de la force dans les jambes, je marche, je peux prendre un bain », affirme, rayonnante, cette poétesse aux yeux d’un bleu intense.

Le venin est récolté de manière douce, sans provoquer la mort des abeilles.

Doïna n’a jamais voulu des traitements chimiques classiques qui s’accompagnent de nombreux effets secondaires ».[...]

Par Sciences et Avenir, Publié le 10-04-2014.

Lire l’article complet
Photo: le Figaro

Monsanto s’attaque au business des abeilles

Lire l'article  | Commentaires fermés

Par Marie Astier – Reporterre. C’est une des stratégies les plus secrètes de la firme Monsanto, promoteur mondial des semences transgéniques : investir les différentes entreprises qui font de la recherche sur les abeilles. Aux Etats-Unis, les apiculteurs s’inquiètent de la politique du géant des OGM.

« [...] Depuis quelques années, Monsanto s’intéresse à la mauvaise santé des abeilles,
et explique vouloir les sauver à coup de recherche génétique. Le principal promoteur
des plantes transgéniques débarque dans un contexte très difficile pour les apiculteurs. »

Des abeilles transgéniques ?

Alors Monsanto envisage-t-il de créer des abeilles transgéniques ?
La question a été débattue au Congrès mondial des apiculteurs en septembre dernier.
« Monsanto a bien manipulé le colza pour qu’il résiste à leur propre désherbant
et maintenant ils peuvent vendre à la fois les semences et le RounUp, rappelle Gilles Ratia,
président de la Fédération Internationale des apiculteurs Apimundia.
Alors on les soupçonne de vouloir comprendre le métier d’élevage de reines pour les rendre
résistantes aux graines enrobées de néonicotinoides, ou à leur maïs OGM sécréteur d’insecticides.
Ils déposeraient un brevet,
puis ils vendraient à la fois les semences et les abeilles pour les polliniser ! »

Lire l’article complet
Photo: Bidon « Monsanto » : Wikibusterz

Assemblée Générale du Syndicat d’Apiculture de l’Ain et du G.A.S.A – 13 avril 2014

Lire l'article  | Commentaires fermés

Les prochaines AGs du syndicat d’apiculture de l’Ain et du G.A.S.A (Groupement d’action Sanitaire apicole de l’ain) sont prévues le 13 avril 2014 à Saint Etienne du Bois.
Lieu : Maison des Pays de l’Ain, 01370 Saint Etienne du Bois.

Déroulement de la journée :
- De 9h à 12h: Assemblée générale du GASA
- 12h : Repas au restaurant des Maisons de Pays de l’Ain. Pour le repas, inscrivez-vous auprès
de Laurence FELICE au 04.74.23.07.80 ou par mail à (repas 20 €, à
régler sur place, à l’ordre du restaurant)
- 14h : Assemblée générale du Syndicat d’Apiculture de l’Ain

N’hésitez pas à vous rendre à ces AGs si cela vous intéresse.
Merci à tous, rendez vous le 13 avril.

Programmes et inscriptions:
AG du G.A.S.A
AG du Syndicat d’apiculture de l’ain